Clavardez avec nous !


m a r s    2 0 0 6
Richard Giguère
« Vivre l'amour, la mort, et s'enrichir spirituellement »


Michel René - Vivre la maladie, la convalescence et le décès de son conjoint, de sa conjointe, l'amour de sa vie, est une expérience à laquelle beaucoup de gens ont été et seront confronté un moment donné dans leur vie. Richard Giguère l'a vécue à sa façon et il a compris que toute sa vie et sa belle et longue relation avec sa femme l'ont mené vers cette expérience spirituelle enrichissante dont il est prêt à témoigner deux ans après le décès de sa femme Louise.

La première fois qu'il la vit, ce fut le coup de foudre. Qui était cette jeune femme magnifique qui irradiait d'une telle grâce? Il s'en éprit aussitôt. Elle avait 21 ans. Elle devint la femme de sa vie. Ils se marièrent deux ans plus tard, en 1969. Anticlérical à l'époque, plus ou moins indifférent face aux croyances divines, il avait accepté de se marier à l'église pour ne pas trop déplaire aux parents. Il était loin de penser que la vie avec Louise le ramènerait au spirituel.

Toutefois, son manque de sérieux, son côté tête folle, comme il dit, le replongea vite dans l'insouciance et il ne se sentait pas très engagé par le mariage. Lui qui se savait plutôt volage ne voyait pas la vie de la même façon. Ils ont un enfant d'un an quand Richard, qui a 26 ans, décide de tout laisser tomber. Il décroche et veut aller vivre à la campagne dans une maison sans commodités, avec juste le nécessaire pour vivre. Il calcule avoir suffisamment d'argent pour y vivre un an sans travailler, après. on verra. Elle qui avait souhaité une vie rangée et confortable, hésite beaucoup à le suivre, mais y consent finalement. Elle sait son homme bon et devine tout son potentiel. Elle sait qu'il se cherche et lui accorde toute sa confiance. Elle l'aime. Elle n'arrive cependant pas à s'y faire, elle se perd dans les sentiers sinueux de son mari et ce tourbillon la mène directement vers une dépression.

Il aura fallu un beau soir d'été pour que tout s'éclaircisse dans l'esprit de Richard. Alors qu'il marchait sous un clair de lune, un curieux et très fort sentiment d'amour l'envahit. Il ressentit cela très fort, comme une expérience mystique. « C'était comme si j'entrais au paradis, explique-t-il. C'est arrivé comme une connaissance, une révélation et j'ai compris que Dieu était amour et que j'étais aimé de lui. À partir de ce moment de grâce, tout a changé. J'ai compris que j'aimais Loulou comme un fou. J'ai constaté comment j'ai pu être stupide avec elle et j'ai eu peur de la perdre. Je me suis senti coupable de sa dépression. Alors, j'ai prié Dieu pour que ça aille mieux. À partir de ce moment, mon engagement envers elle était total, à la vie à la mort. Je voyais cela comme un amour protégé, béni de Dieu. » Pour actualiser sa décision, il suggère de se remarier symboliquement. Et c'est dans la nature, devant Dieu, qu'ils s'uniront à nouveau. Un prêtre officialisera de nouveau leur union un peu plus tard.

Ils composent même une prière qui leur restera toute leur vie : « Seigneur, soit le jardinier de notre amour. Enlève les mauvaises herbes, fait s'épanouir la fleur et que notre amour ne cesse de croître. » Richard ayant changé, s'étant repris en main, Louise retrouva l'espoir et sortit de sa dépression. Ils vécurent ainsi une vie des plus agréables, eurent deux autres enfants et le respect mutuel tint toujours le cap sur le bonheur.

Quand Louise eut 55 ans, survint la maladie. Un terrible diagnostic lui apprit qu'elle avait un cancer avec métastases et qu'il ne lui restait au plus que 9 mois à vivre. Richard lui fit dès lors la promesse de la mener jusqu'aux portes du paradis. Et il tint parole. Même si les démarches furent prises pour son admission à la Maison Michel-Sarrazin, il voulut la garder à la maison et la soigner lui-même. C'était comme si la vie l'avait préparé à cette étape, car avant ces événements, il avait été obligé de fermer son commerce. L'expérience, qui normalement aurait pu être négative, se révéla très positive puisqu'il se retrouvait libre avec suffisamment d'argent pour vivre et s'occuper d'elle. Il réaménagea donc la maison pour lui attribuer une place de choix avec toutes les commodités thérapeutiques. Et il vécut intensément auprès d'elle les huit derniers mois de sa vie. Huit mois qui devinrent les plus sincèrement riches d'amour et d'affection et s'inscrivirent parmi les plus beaux jours de leur vie.

Pour Richard, plus rien d'autre n'existe. Il perd toute notion des tracas quotidiens et de ce que seront les lendemains. Non plus qu'il ne pense à l'après Loulou. Il est entièrement au service de l'amour et reste sûr que tout va bien se passer. Il a confiance et sa spiritualité est au sommet. Au jour de l'an 2004, il lui souhaite que ça ne traîne pas et qu'elle parte sans trop de mal, comme elle en avait exprimé le désir. Elle, elle lui souhaite qu'il grandisse dans cela. Ayant refusé sa place à Michel-Sarrazin, elle meurt le 2 mars à la maison, dans ses bras. Il comprit qu'elle lui avait fait un beau et grand cadeau.

Deux ans ont passé. Richard constate tout le chemin qu'il a franchi depuis. Durant les 6 premiers mois, il fait un retour sur lui-même, il s'intériorise de plus en plus, sans tristesse cependant. Loulou est toujours présente. Il dit n'avoir rien perdu, si ce n'est le côté physique. Il se sent plus fort, plus en confiance, plus audacieux et plus solide que jamais dans sa foi. Il se sent plus appuyé. Elle est de tous ses projets et il en a fait l'ange de la Fondation dont il s'occupe de plus en plus. Richard conclut qu'il a vécu la longue agonie et la mort de Louise comme une expérience spirituelle enrichissante. « C'est comme si j'avais déjà un pied dans l'au-delà avec une partie de Loulou encore ici, en moi, dit-il. La mort va être facile pour moi. Aujourd'hui, je ne souhaiterais pas qu'elle revienne. C'est à moi d'y aller. »


e n   s a v o i r   p l u s . . .






Accueil_A propos_Produits_Entrevues_Philosophie_Michel René_Clifford Cogger_Pensées_Prières_Textes_C@rtes virtuelles_Clavardage_Liens_Contact

2001-2012, Fondation Giguère.
Version 3.0.