Clavardez avec nous !


n o v e m b r e    2 0 0 5
André Tanguay
« Un rebelle en quête de sérénité »


Michel René - André Tanguay a quarante-quatre ans. Il est, depuis quelque temps, intervenant auprès de gens en déficience intellectuelle. Il avait pourtant orienté sa vie tout autrement. Chanteur-compositeur-interprète durant plus de vingt ans, il a convenu d'un grand virage avec lui-même. Comme quoi la chanson nous montre peut-être la vie, mais la vie n'est pas toujours dans la chanson.

André est le sixième d'une famille de sept enfants. Il considérait sa famille très ouverte et curieuse intellectuellement. Adolescent tranquille, respectueux à la maison, il ne l'était pas tant à l'extérieur. Déjà à quatorze ans, il avait touché aux substances illicites et il devait faire en sorte de pouvoir les payer. C'est ainsi qu'il toucha graduellement à la délinquance, faisant de-ci, de-là, quelques petites rapines, y allant de risques en audace.

Parallèlement, André chantait et écrivait des poèmes. Rocker, rebelle au cour tendre, il exprimait son mal de vivre par la musique. Il approchait de la vingtaine, et les petits coups qu'il faisait commençaient à grandir. La peur le chatouillait, la tension montait. Un événement, un jour, le plongea dans un désarroi profond qui dura deux ans. On l'avait drogué au LSD pour qu'il ne puisse avoir un souvenir clair d'une certaine rencontre, d'un certain méfait grave dont il aurait pu être l'un des acteurs. L'angoisse et la paranoïa l'habitaient. Cela dura deux ans.

Puis, d'un coup, la tension tomba. Une image du Christ, sur un mur, le saisit totalement et le rasséréna. Il commence alors à cheminer dans la foi chrétienne. À 22 ans, il se marie. Un enfant paraît peu de temps après. Une fille. Mais, rapidement, sa vie de bohème lui manque, les responsabilités l'effraient. Sorti, un jour, pour acheter un litre de lait, il reviendra neuf mois plus tard. Au retour, il renoue avec sa femme. Elle et lui s'engagent dans un mouvement chrétien. Ils y croient. Toutefois, les autres membres les déçoivent. Ils abandonnent et poursuivent seuls leur quête de l'absolu. Et voilà que survient le drame. Leur deuxième fille meurt tragiquement à l'âge de dix-neuf mois. Ils s'en remettront difficilement et perdront leur foi en Dieu.

C'est alors qu'ils déménagent à Québec pour se refaire une vie. André le rebelle s'exprime par la composition, par la chanson. Pendant vingt ans, il va de bar en bar offrir son talent. Au début des années 90, il travaille six jours sur sept. C'est là qu'arrive la consommation de cocaïne. Il s'y enfonce. Il y passe tous ses revenus. Ça dure quatre ans. Il a peur de l'avenir et veut s'en sortir. Le malaise augmente. Sa crainte de s'enfoncer sans retour le tenaille tant qu'il n'attend plus d'aide et arrête soudainement toute consommation de cocaïne. Puis, il laisse la chanson déçu de ne pouvoir faire plus que les bars.

C'est là qu'il en est aujourd'hui. Toujours marié à la même femme, père d'une troisième fille, et même grand-père, l'idée de Dieu le hante toujours. Il continue sa quête à travers des recherches poussées dans plusieurs religions avouant en toute humilité que ce qui est maintenant important pour lui ce n'est pas tant le regard que posent les autres sur lui, mais le regard que lui-même se porte. Il a fait siens ces propos qu'il a trouvés dans ses lectures : « Si je fais des recherches spirituelles, c'est que je suis malheureux. Si je suis malheureux, c'est que j'attache trop d'importance à mon ego. » De là, sûrement, le choix de sa nouvelle orientation. Il cherche à être impeccable à ses propres yeux.

Vous pouvez visiter son site internet au grizzly12.skyblog.com.

Une collaboration de la Fondation Giguère.

Cliquez ici pour écouter la chanson thème de la Fondation !



Accueil_A propos_Produits_Entrevues_Philosophie_Michel René_Clifford Cogger_Pensées_Prières_Textes_C@rtes virtuelles_Clavardage_Liens_Contact

2001-2012, Fondation Giguère.
Version 3.0.